Villemoissonnais morts pour la France

Guerre 1914-1918

(Photos extraites d’un hebdomadaire contemporain : « Le Miroir »).

 

 

 

                                      La der des ders

 

                                                        Ma mémoire me raconte la der des ders,

                                                        Comme me l'a conté mon enfance,

                                                        Un brave homme, mon père.

                                                        Il était parti, comme tant d'autres

                                                        Des gamins à peine sortis de l'enfance,

                                                        Fleurs à la boutonnière, certains de leur chance.

                                                        Tassés dans des wagons de bois, les uns sur les autres,

                                                        Chantant a tue tête des refrains guerriers,

                                                        Peut-être pour cacher leur peur,

                                                        De laisser loin derrière les leurs.

                                                        Pour quelques mois, six mois au plus.

                                                        S'ils avaient pu savoir ce qui les attendait.

                                                        Combien d'entre eux ne reverraient plus,

 

 

                                                        Leurs villages, leurs épouses, leurs enfants.

                                                        Ils auraient pleuré des larmes de sang.

                                                        Arrivés au front ils ont creusés des tranchées,

                                                        Sous la pluie, le froid, la neige glacée.

                                                        Pas à pas ils ont lutté, mètre par mètre,

                                                        Centimètre par centimètre,

                                                        Sous la mitraille qui comme l'orage

                                                        Les bombardait avec hargne, sans pitié.

                                                        Et quand l'ordre arrivait « baïonnette au canon »

                                                        Ils trinquaient dans leurs quarts culottés,

                                                        Pour oublier et se donner rage et courage

                                                        Pour reprendre le terrain, ils partaient à l'assaut.

                                                        Sous le tir impitoyable des canons

                                                        Qui faisait des trous dans les rangs

                                                        De ses forts et jeunes garçons.

                                                        Ils tombaient sanglants en gémissant,

                                                        Certains blessés les autres mourant.

                                                        Les brancardiers ramassaient les blessés,

                                                        Laissaient les mourants et les morts.

                                                        Les grenades continuaient à tomber,

                                                        Le corps à corps engagé sans pitié.

                                                        Et il fallait ensuite retirer

                                                        La baïonnette rougie, ensanglantée

                                                        Du corps de l'autre qui avait

                                                        La bouche ouverte, l'air étonné

                                                        De finir ainsi sa jeune vie.

                                                        Le soir la tranchée était reprise,

                                                        Et les vivants tombaient épuisés,

                                                        Dans un coin sombre de la tranchée,

                                                        Cherchant du regard l'appelé,

                                                        Son copain, hélas il n'y était plus.

                                                        Le lendemain sur le laconique rapport,

                                                        Génot jules 20 ans disparu.

                                                        Le champ de bataille était jonché,

                                                        Inondé d'enfants roidis, défigurés,

                                                        Avec l'odeur épouvantable de la mort.

                                                        On ne pouvait évacuer tous les blessés,

                                                        Qui étaient couchés dans la tranchée,

                                                        Râlant, gémissant, malgré le laudanum

                                                        Pour les évacuer on attendait l'accalmie

                                                        Père m'a souvent dit et redit

                                                        Son chemin des Dames, Baccarat et Verdun

                                                        Les tranchées envahies par les gaz.

                                                        L'horreur de cette effroyable guerre,

                                                        La der des DER.

 

                                                                           Poème de Madame Balch

 

 

         Combien de Villemoissonnais sont parti pour l’holocauste ? Ce qui est certain, dix-sept d’entre eux ne sont pas revenus. Lourd tribu pour une population d’environ 450 habitants.

         Lesquels sont-ils ? 1. Robert Avard né le 28 avril 1893 à Villemoisson. – 2. Léonce Charles Ambroise Bardon né le 16 juillet 1890 à Morsang-sur-Orge . – 3. Clément Baron, né le 31 août 1893 à Villemoisson. – 4. Louis Bourgeois, né le 21 février 1892 à Morsang-sur-Orge. – 5. Auguste Briswalter, né le 28 janvier 1874 en Alsace. - 6. Maurice Honorat Couvret, né le 17 mai 1887 à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne). – 7. Jules Augustin Victor Dauvergne, né le 8 août 1898 à Chateaudun. – 8. Lucien Armand Jean Degraève, né le 6 novembre 1893 à Paris. – 9. Louis Henri Albert Gadois, né 17 décembre 1894 à Goussainville (Eure et Loir). – 10. Emile Louis Guézard, né le 5 mai 1880 à Villiers-sur-Orge. – 11. Louis Eugène Hénault, né le 5 avril 1892 à Villemoisson . – 12. Henri Emmanuel Alphonse Moinet, né le 11 septembre 1891 à Villemoisson. – 13. Edouard Valentin Prévost, né le 19 octobre 1890 à Villiers-sur-Orge. – 14 Désiré Pierre Auguste Sarrus, né le 11 novembre 1887 à Monnaie (Indre-et-Loire). – 15. Louis Romain Vacheret, né le 1 décembre 1880 à Villemoisson. – 16. Aimé Valette, né le 12 avril 1897 à Paris. - Enfin le dix-septième étant porté disparu. Nous ne connaissons pas son nom.

 

 

 

1914 : Bataille de la Marne

 

         Les Allemands pénètrent en Belgique, pays neutre, pour prendre à revers les Français massés à l’Est. En un mois ils sont jusqu’à 24 km de Paris. Les Français se sont repliés en ordre, tandis que l’ennemi encouragé ne pense au danger d’une contre-offensive qui se déclare le 4 septembre : c’est la bataille de la Marne, ce sont les taxis de Paris, dans le souvenir ils seront appelés les « taxis de la Marne », qui transportent les renforts sur le front avec célérité. Les Allemands reculent et l’invasion de la Belgique contraint les alliés à étendre le front vers la Manche, puis il se stabilise.

 

.

 

         Dans ce mois de septembre, cinq Villemoissonnais tombent au combat :

 

- Henri Moinet, soldat au 4e RI*, tué le 2 septembre aux environs de Cierges (Varennes-en-Argonne, Meuse).

- Emile Guézard, soldat au 89e RI, tué le 6 septembre à Sommeilles (Meuse)

- Robert Avard, soldat au 149e RI, tué le 14 septembre à Souain (Marne)

- Louis Hénault, soldat au 162e RI, tué le 16 septembre à Champenoux (Meurthe et Moselle)

- Aimé Valette, soldat au 312e RI, tué le 29 septembre à Maizey (Meuse)

 

    

 

 

 

 

 

  

1915 La guerre de position.

 

         C’est la guerre de position, on s’enterre dans les tranchées. Joffre passe à l’attaque partout : février en Champagne, mai en Artois, puis en Champagne. A chaque fois pour un gain territorial minime c’est un maximum de pertes. L’armée française abandonne son pantalon garance trop voyant et reçoit un casque à la place du képi. Malgré l’interdiction de la Hayes, les Allemands utilisent les gaz asphyxiants. En Salonique, Sarrail débarque en octobre pour soutenir les Serbes.

 

 

 

            Cette année 1915, six Villemoissonnais payent de leur vie :

 

- Edouard Prévost, soldat de 1ère classe au 46e RI, disparaît au combat le 23 février à Vauquois (Meuse)

- Louis Vacheret, sergent au 120e RI décède des suites de blessures le 11 avril à l’hôpital temporaire de Verdun. Avec Prévost, il a sans doute participé à l’offensive de Champagne.

- Louis Gadois, soldat au 9e bataillon de chasseur à pied est tué le 24 juin à Calonne (Meuse).

- Maurice Couvret, caporal au 106e RI, tué aux Epargnes (Meuse) le 19 septembre

- Auguste Briswalter, caporal au 315e RI, tué le 23 septembre au combat d’Auberive Suippes (Marne)

- Lucien Degraève, soldat au 161e RI, le 10 octobre à Mourmelon-le-Grand (Marne)

 

    

 

    

 

 

 

1916.  Verdun

 

         Falkenhayn, général allemand, veut décimer l’armée française en attaquant sur Verdun saillant sur notre front. Après une formidable préparation d’artillerie, l’ennemi s’empare de Douaumont, puis le fort de Vaux, mais le front français ne cède pas. Pétain succède à Castelnau. L’enfer et les pertes sont tels que les unités sont constamment relevées. « La voie sacrée » s’organise, sans cesse : 4000 camions acheminent des troupes fraîches. 220.000 morts, 215.000 blessés français ; 330.000 morts et blessés allemands. La terre prend un aspect lunaire, jonchée de morts, les trous d’obus servent de refuge.

 

 

 

         Cette année là, parmi les morts, un villemoissonnais, Léonce Bardon, sergent au 49e bataillon de chasseur à pied, tué le 9 juin à Bois Fleury (Verdun)

 

 

 

         Dans la Somme, Français et Anglais déclenchent en juillet une offensive et avancent de quelques kilomètres, mais l’apparition des chars d’assaut ralentit les Anglais ; cependant en septembre des chars plus importants deviennent plus efficace. Les résultats restent médiocres et coûte chère en vies humaines.

 

 

         Parmi elles, un villemoissonnais, Clément Baron, sergent au 42e bataillon des chasseurs à pied, mort à l’ambulance 14/17 du 33e C.A., accidenté en service commandé le 8 octobre à Morcourt (Somme)

 

 

 

 

 

1917

 

 

         Une crise morale s’installe parmi les pays belligérants, particulièrement en France. Les Russes signent l’armistice, les Italiens sont en débandade. Devant un certain défaitisme, se crée une mutinerie parmi l’armée, Pétain s’efforce de rétablir le moral, accélèrent les permissions, améliore l’ordinaire, mais la lassitude demeure. Des généraux sont relevés.

         Cependant les combats continuent, Désiré Sarrus, soldat au 12e régiment de cuirassiers, est tué le 25 avril à Beaumont-sur-Vesle – Mourmelon-le-Grand- (Marne)

 

 

 

 

 

1918

 

 

         Les Américains demandent réparation à l’Allemagne, pour la mort en mer de leurs compatriotes, dont le paquebot où ils se trouvaient a été coulé par un sous-marin allemand. Sur le refus de l’Allemagne les U.S.A déclare la guerre à ce pays, et en juin, les premiers contingents du général Pershing arrivent en France.

 

 

 

 

         A la fin Mars les Allemands atteignent la Somme. Leurs gros canons bombardent Paris, l’un d’eux, est appelé la « Grosse Bertha ». Par une offensive du chemin des Dames ils atteignent à nouveau la Marne.

Depuis juillet dans la bataille d’Ypres, les Anglais piétinent.

         Enfin c’est la contre-offensive alliée avec 600 avions et 1000 chars, avec l’aide des Américains entraînés à la hâte. Menacés d’encerclement les Allemands refoulent en déroute sur leur ligne de départ à la fin de l’été. Mais il faudra encore attendre le 11 novembre pour que le carnage cesse.

         En cette fin d’été, l’aspirant Jules Dauvergne, au 24e RI, est tué le 19 août à Canny-sur-Matz (Oise)

         En Salonique, un mois avant l’armistice, parmi le corps expéditionnaire français, le Villemoissonnais, Louis Bourgeois, sapeur au 2e génie, meurt le 12 octobre de maladie contractée en service à Abrida (Serbie)

 

 

 

Un dix-septième Villemoissionnais est porté disparu

 

Collection Madame Balch

 

* R.I. ou régiment d’infanterie.

 

 

                                                        la suite de Villemoisson et la guerre 1914-1918 est ici >>>>>

 

édition du 6 septembre 2008

Claude Audigié