< 1917

 

 

 

 

                                                         1917

 

Raphaël, en permission, est venu à Villemoisson voir sa mère. La guerre continue, apportant ruines et morts. Andrée, la femme de Raphaël, fait aussi la guerre en fabricant des obus. A l’arrière, on souffre. L’Amérique chante « Johnnie, prends ton fusil » et entre en guerre. La Russie entre en révolution.

 

 

      

                                                                                                                                              Collection Destré.

 

à Villemoisson

Raphaël est en permission

 

Raphaël Destré a 25ans. En permission, il est venu avec sa femme Andrée rendre visite à sa mère qui habite dans la cour de l’ancienne ferme de Villemoisson-sur-Orge . Il sont allés se promener le long de l’Orge où cette photographie a été prise. Leur fille les a accompagnés avec son inséparable nounours.

 

la grande guerre continue

 

C’est du front qu’est venu en permission Raphaël, là où les combats se poursuivent avec des victoires et des défaites qui se succèdent dans des batailles laissant sur le terrain ruines et millions de morts.

 

       

 

      

            Les Australiens dans la guerre en 1917            Bataille d’Ypres                       Photos Hurley

 

 

Andrée aussi fait la guerre

 

Les femmes aussi participent à la guerre. C’est le cas d’Andrée, l’épouse de Raphaël, qu’on voit sur les photographies qui suivent. Elle figure tout à gauche des deux images, d’abord au travail dans une usine de la région parisienne qui fabrique des obus, ensuite dans la cour de l’usine avec ses collègues.

 

             

 

             

                                                                                                                                          Collection Destré

 

 

1917

à l’arrière

 

A l’arrière on souffre. A Paris, les marchandes des quatre saisons vendent les bûches coupées en quatre à raison de 10 centimes la livre. Le jeune André Jolivet, le futur grand compositeur de musique (1905-1974) dessine les ménagères faisant la queue au marché pour acheter du beurre.

Le moral des militaires comme des civils est au plus bas et tout le monde en a assez de la guerre.

 

                                                              Photo L’Illustration

 

  

     dessin d’André Jolivet                          Site Internet de l’association des Amis d’André Jolivet

                                                                                                                document Musée de Montmartre

 

 

Johnnie entre en guerre

 

Les Etats-Unis d’Amérique déclarent la guerre à l’Allemagne le 6 avril et les premières troupes débarquent en France le 26 juin. Le jour de L’Independence Day, le 4 juillet, un grand défilé a lieu à Paris.

 

  

  Rue de Rivoli, une Parisienne offre un bouquet à un cavalier américain.          Photo L’Illustration

 

Johnnie, prends ton fusil

 

Pacifistes en 1916, les chansons américaines deviennent guerrières en 1917. Ce n’est plus « Je n’ai pas élevé mon garçon pour en faire un soldat » mais « Johnnie, prends ton fusil ».

 

                                

 

                               

 

Good-Bye Brodway, Hello France est un des hits américains de la musique de la première guerre mondiale. C’est une combinaison d’une marche traditionnelle et d’une chanson de babershop quartet, paroles de Francis Reisner et Benny Davis sur une musique de Billy Baskette.

 

Over There (Par là-bas) est un autre des hits de l’époque, écrit par George Cohan sur une musique de Nora Bayes. C’est sa mélodie qui sert de fond musical à cette page.

Johnnie, get your gun
Get your gun, get your gun,
Take it on the run,
On the run, on the run.
                                                         
etc.

Dans la version française de Delamarre ce sera :

 

                                                         Johnnie, sac au dos,

                                                      Sac au dos, sac au dos,

                                                         Pars au grand galop,

                                                          Au galop, au galop,

                                                 Entends-tu ? Le clairon sonne,

                                                 Pour qu’il ne manque personne

                                                                                                   etc.

 

 

la Russie entre

en révolution  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le camarade Lénine nettoie la Terre de la saleté

Mikhail Tcheremnikh, Victor Deni Affiche, 1920

 

 

 

 

 

2008

à Villemoisson

 

Raphaël et Andrée sont venus dans les années trente du XXè siècle habiter à Villemoisson où ils ont acheté un terrain et fait construire une maison dans un lotissement. Gazé pendant la guerre Raphaël décédera en 1936. Andrée lui survivra jusqu’en 1947. Ils reposent au cimetière de Villemoisson.

 

le cimetière de Villemoisson                                                                                           photo mss

 

 

 

Pour poursuivre sur Internet le voyage en 1917 il ne faut surtout pas omettre d’aller entendre le grand Caruso chanter un couplet de la chanson Over there en français à l’adresse suivante : http://www.firstworldwar.com/audio/Enrico%20Caruso%20-%20Over%20There.mp3

 

Les paroles de la chanson, américaines et françaises, sont sur :

http://ingeb.org/songs/overther.html

 

                         

                         Caruso par lui-même

 

Les images du photographe Australien Hurley et bien d’autres documents sur la guerre se trouvent sur : http://www.greatwar.nl/

 

 

                                     la suite de Villemoisson et la guerre 1914-1918 est ici >>>>>

 

Edition du 8 octobre 2008