La belle mais triste histoire des petits cygnes du Breuil

 

 

samedi 10 juin 2006

 

Le canard blanc est revenu à l’endroit habituel. Sur le passage des cygnes. Juste où il ne faudrait pas. Allez lui expliquer !

 

À 11 heures 30  Les cygnes sont toujours présents sur la pièce d’eau. On les voit ici prendre un petit bain après avoir passé un moment sur la plage. Plage, où ils vont retourner se prélasser. Il fait beau et chaud et partout en France beaucoup d’humains vont imiter les cygnes. Ou vice-versa.

 

 

 

 

vendredi 16 juin 2006

 

9 heures 30 du matin, le canard blanc est invisible, les cygnes sont présents. Cela fait deux jours que je ne les avais vus.

 

Ils sont tous la tête plongée dans l’eau à la recherche d’herbes

 

 

 

Âgés maintenant d’un mois, ils grandissent et se transforment à vue d’œil

 

 

La coexistence est pacifique avec la famille Canard. On remarque au passage que, si chez les cygnes le mâle et la femelle sont toujours présents l’un et l’autre autour des petits, le colvert délègue totalement le soin de l’éducation des enfants à sa compagne.

 

 

De l’autre côté de la pièce d’eau, un promeneur a jeté du pain. Foulques, canards, cygnes plongent et se le partagent pacifiquement.

 

 

Jusqu’au moment où la familiarité doit cesser et où toute la famille Cygne participe au rétablissement de  l’ordre et de la hiérarchie.

 

 

Pour finalement se retrouver sur la plage habituelle. Le goéland, au milieu du lac, assiste à la scène.

 

 

 

 

                                                                                                la suite est ici >>>>>>

   retour au sommaire >>>>>>