La belle mais triste histoire des petits cygnes du Breuil

 

 

samedi 17 juin 2006

 

Il fait beau et chaud. C’est le train-train habituel : bain, nourriture, nage, plage, toilette. Et on

recommence.

Seulement deux images aujourd’hui en guise de bulletin de santé sans commentaire particulier :

     la première photo a été prise ce matin vers 11 heures

     la deuxième date du 16 mai, lors de la première sortie des petits cygnes.

 

                                                                                          Un mois déjà !

 

 

 

 

 

samedi 24 juin 2006

 

Le niveau de l’eau a baissé sur le bassin. Des gens de tous âges, et aussi sans doute de toutes professions non agricoles, courent en tournant autour du bassin dans des styles fort différents : en levant plus ou moins les pieds, en faisant plus ou moins trembler le sol ou en soulevant plus ou moins de poussière. Beaucoup portent une oreillette. Ecoutent-ils les battements de leur cœur, Bach (Jean-Sébastien) Mozart (Wolfgang Amadeus) ou Véronique (et Davina) ? Dans tous les cas, cela les prive d’apprécier comme il se doit la beauté du chant des grenouilles qui donnent un concert permanent et gratuit. Les sportives aux cheveux blonds portent des collants noirs. Cela leur va très bien. Les parents et grands-parents promènent leurs bambins. Une très jolie petite fille blonde jette du pain aux canards et aux cygnes. Ils s’en régalent  Les retraités font la marche quotidienne qui doit leur assurer une longue vie tout en maintenant à un niveau inquiétant le perpétuel déficit de la sécu. Le canard blanc est invisible, le goéland est présent, debout pendant des heures à la même place sur un tronc au milieu de la pièce d’eau. Une escadrille de mouettes fait une rapide démonstration de force puis disparaît. Les grenouilles n’arrêtent pas de chanter. Les coureurs n’arrêtent pas de tourner.

 

 

Quant aux cygnes, ils mènent leur vie habituelle. Ils semblent ne plus quitter le bassin. Ils le traversent dans tous les sens. Si les mouvements d’ensemble, comme on le voit sur l’image, sont toujours ordonnés et spectaculaires, si les adultes ne sont jamais bien loin des enfants, si l’esprit de famille semble toujours régner, les jeunes semblent bénéficier d’une certaine liberté de mouvement. La rigueur militaire et la pratique d’une sécurité rapprochée qui étaient en vigueur il y a un mois ne paraissent plus être de règle. D’ailleurs, il semblerait bien qu’on ait donné aux petits quelques leçons de self-défense.

 

Sur la petite image qui suit, on aperçoit un des jeunes cygnes (âgé d’un mois) chasser une foulque qui, apparemment, ne lui a rien fait, sauf de s’approcher de son chemin. L’image -saisie d’une vidéo faite avec un APN- est mauvaise, mais je vous assure que l’affaire est authentique. J’y étais. Ce matin même.

 

                                         

 

                                                    Comme le temps passe !

 

Le temps passe et, un peu plus d’un mois après, on a du mal à reconnaître les boules de poils d’hier dans les gros oiseaux d’aujourd’hui qui commencent à faire leurs plumes. Pour montrer le chemin parcouru on a mélangé en cette fin de cette page les photographies d’aujourd’hui avec celles réalisées par un photographe animalier amateur, Jean-Pierre Debats, qui était présent au bord du nid le 20 mai dernier et qui nous a fait le grand plaisir de nous adresser quelques uns de ses excellents clichés. Grand merci à lui.

 

Point besoin de commentaires pour reconnaître le passé du présent, ni pour montrer et expliquer ce qui s’est passé et ce qui est à venir.

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                          

 

 

     

 

                           

 

                               

 

       

 

 

Les photographies des premiers jours sont de Jean-Pierre DEBATS, celles d’aujourd’hui sont de Marcel SAINT-SEVIN.

 

Les unes comme les autres ne peuvent être reproduites qu’avec l’autorisation de leur auteur.

 

VIDEO

     Une courte vidéo hébergée par YouTube accompagne cette page.

     On peut la lire en cliquant en cliquant ici >>>

     et revenir ici après lecture en cliquant sur la flèche de retour à la page précédente.

 

 

                                                                                                la suite est ici >>>>>>

   retour au sommaire >>>>>>