La belle mais triste histoire des petits cygnes du Breuil

 

mercredi 9 août 2006

 

Plus de trois semaines sans donner de nouvelles de nos cygnes. Après la canicule, on en est revenu à des températures plus clémentes, même parfois un peu faibles pour la saison et les bêtes comme les gens se comportent autrement. Alors que, par les grandes chaleurs, les cygnes allaient s’abriter sous le grand saule, ils vont maintenant passer de longs moments sur la plage, à découvert. Ils sont aussi très souvent sur l’eau. Sur la photo qui suit qui date d’une semaine on voit la mère et deux de ses enfants. Quels progrès énormes en deux mois et demi ! Les enfants seront bientôt aussi grands que leur mère. Ils sont aussi plus indépendants de leurs parents. Sans pour autant être quittés de l’œil.

 

 

Je crois que les parents n’ont jamais été aussi blancs de plumage. Les petits aussi perdent aussi un peu des traces brunes sur leurs ailes. Des ailes dont ils tardent  à vouloir se servir comme on le voit sur les photographies suivantes qui datent de ce matin. On y voit deux des jeunes cygnes dans leurs exercices de musculation d’abord dans l’eau et ensuite sur la terre.

 

            

 

            

 

            

 

            

 

Pour ensuite se livrer dans un grand ensemble à leur interminable toilette

 

 

Canards et foulques grandissent aussi à vue d’œil. Les couvées (même celle de treize canards) ont résisté aux prédateurs. Le martin-pêcheur est toujours aussi insaisissable. Le héron apparaît tous les jours, mais plus ou moins longtemps. Le canard blanc est toujours présent. Le pigeon rouquin a disparu depuis une semaine. Un rat musqué rode. La mouette rieuse se gave de petits poissons. L’autre jour, pour guetter ses proies, elle est allé se percher sur un nid de foulques. La propriétaire des lieux n’a pas aimé et selon sa technique habituelle lui a foncé dessus de loin bec en avant. Et comme d’habitude la manœuvre d’intimidation a réussi. La photo est mauvaise, mais un de nos amis photographes nous montrera sans doute un jour et mieux que moi la hargne au combat de la foulque.

 

   

 

 

VIDEO

         une vidéo  YouTube accompagne cette page

         on peut la lire en cliquant sur le lien qui suit :

                                                  lire la vidéo >>>

        on revient ici ensuite en cliquant sur la flèche page précédente du navigateur.

 

 

                                                                                                la suite est ici >>>>>>

         retour au sommaire >>>>>>