La belle mais triste histoire des petits cygnes du Breuil

 

vendredi 22 septembre 2006

 

11 heures du matin il pleut et il y a du vent. Très peu de coureurs, de marcheurs et de porteurs de pain. Je suis le seul curieux, à l’abri sous les peupliers. Les cygnes indifférents au temps qu’il fait, font minutieusement leur toilette en restant debout. L’un des jeunes est redescendu se baigner dans la pièce d’eau. Il ne fait rien. On dirait qu’il attend que les autres se décident à en faire autant.

 

 

Après la toilette, courte pose de roupillon-relaxation-concentration, le nez dans les plumes, toujours debout : la position de yoga bien connue du uttanasana.

 

                               

                                                        

                                                                      yoga - position du uttanasana

 

On se réveille, on s’étire et on descend sur l’eau. Seule, la mère reste sur le bord à attendre.

 

 

Quelques minutes après, le père et ses quatre enfants s’élancent sur l’eau dans de grands et très sonores battements d’ailes. Les jeunes s’élèvent sur plusieurs dizaines de mètres puis se posent. C’est grandiose.

 

 

De retour au point de départ deux des jeunes s’élancent à nouveau seuls pour se poser à l’autre bout de la pièce d’eau après s’être élevés dans l’air.

 

                                               I

 

samedi 23 septembre 2006

 

Il ne pleut pas, il fait bon, il y a du soleil. Moins de promeneurs que la semaine dernière. Pas de porteurs de pain. Venu pour voir les cygnes voler, je m’installe près de l’endroit où habituellement ils se posent en fin de course. Mais ces messieurs-dames ont décidé d’aller se promener sur l’Orge. Quand je m’en aperçois, je me précipite, mais j’arrive juste à temps pour voir seulement les deux derniers descendre vers la rivière. Là, ils vont rencontrer le canard blanc qui va en sens inverse accompagné de quelques colverts. Chaque groupe tiendra sa droite et tout va bien se passer sans aucune manifestation d’inimitié. Pas plus que d’amitié, d’ailleurs.

 

 

Donc pas d’images intéressantes aujourd’hui. Mais, heureusement que dans ma boîte aux lettres j’ai découvert deux images de l’ami Pierre Esteffe réalisées jeudi dernier. On y voit les jeunes cygnes en action de voler avec toute la conviction qu’ils y mettent. Un canard effrayé par le bruit et le déplacement d’air a plongé en formant une belle gerbe d’eau.

 

 

                                                                                                                             © Pierre Esteffe

 

Après avoir volé quelques dizaines de mètres le jeune cygne se pose sous l’œil de son papa.

 

                                                                                                                               © Pierre Esteffe

 

 

                                                                                                la suite est ici >>>>>>

         retour au sommaire >>>>>>