La belle mais triste histoire des petits cygnes du Breuil

 

 

vendredi 12 janvier 2007

 

Aujourd’hui, une page courte éditée dans l’urgence, car il me semble que du nouveau se prépare dans la famille cygne. Et une image-choc pour commencer : celle d’un père chassant son enfant.

 

                     

 

                     

 

Ces images sont extraites d’une très courte vidéo réalisée ce matin vers 11 heures. Elle est de mauvaise qualité mais on la trouvera quand même en cliquant sur le lien suivant car elle exprime bien la violence de l’action.

 

                                                                                                Voir la vidéo >>>

 

Avant d’en revenir à ces faits un retour en arrière est nécessaire pour dire que depuis quelque temps les habitués des lieux avaient remarqué que les parents prenaient une certaine distance avec les enfants en restant à part et en ne participant pas toujours à leurs ébats et en particulier à leurs exercices quotidiens de vols, par ailleurs très fréquents et toujours aussi spectaculaires.

 

Mais le plus souvent toute la famille se retrouvait unie et le 29 décembre dernier on les a vus, promenade inhabituelle, aller remonter l’Orge en direction du Perray comme sur l’image ci-dessous :

 

 

Hier sur cette même partie de l’Orge, au matin, seuls deux des jeunes cygnes s’y promenaient. 

 

 

Je suis resté les observer un bon moment tout en jetant un coup d’œil sur la pièce d’eau voisine. Les deux jeunes sont remontés sur la berge pour y faire leur toilette et quand je les ai quittés peu avent midi ils étaient encore au même endroit. Sur l’étang on chassait le croûton de baguette.

 

 

Ce matin quand je suis passé en voiture au Breuil pour aller à la boulangerie, je les ai aperçus de loin toujours sur cette partie de l’Orge. Quand je suis revenu, ils étaient sortis de la rivière, avaient traversé le chemin et s’apprêtaient à rejoindre la pièce d’eau. Mais, après une belle course poursuite, ils ont été contraints comme on l’a vu au début de cette page, de retourner à la rivière. J’ai tenté d’en réussir quelques bons clichés, mais il m’aurait pour cela des réflexes de rapidité que je n’ai pas, alors que tout est allé très vite et était imprévisible. Je l’ai déjà dit : n’est pas paparazzi qui veut.

 

Tout cela pose certaines questions. On savait bien, parce que les ornithologues l’ont écrit, que la séparation des enfants des parents devait se produire avec une certaine brutalité, mais on ne l’attendait pas si tôt, plutôt au début du printemps. Est-ce que la douceur anormale de l’hiver est une explication ? Ce qui semble certain est qu’une nouvelle époque de la vie de nos cygnes commence. On va la suivre d’aussi près que possible et un bulletin d’alerte va être lancé à destination de nos amis photographes.

 

 

 

                                                                                                la suite est ici >>>>>>

         retour au sommaire >>>>>>