< les experts villemoisson

    Les experts Villemoisson-sur-Orge

                                                                                               Saison 1 - épisode 3 –24 août 2007

 

 

 

Tout le monde peut se tromper.

 

 

Même la très jolie Stella Bonasera experte vedette de la police de Manhattan. Cet été, dans l ‘épisode 24 de la saison 2 diffusé sur TF1, on l’a vue répondre par un grand sourire aux flatteries du chef de la sécurité de l’immeuble de bureaux où une bombe venait d’exploser en laissant dans le coma, Flack, un collège et ami de Stella.

 

 

 

 

  

 

                             Melina Kanakaredes dans Les experts Manhattan

 

En entendant l’homme exprimer sa grande admiration pour la détective, je pense que tous les téléspectateurs ont, comme moi compris qu’il y avait dans cette attitude quelque chose de trop poli pour être honnête et qu’on tenait d’ores et déjà le coupable.

 

Mais, ce n’est seulement longtemps après de nombreuses analyses déclenchées par la découverte d’un petit morceau de téléphone portable sanguinolent dans les restes des vêtements de l’infortuné Flack, qu’on devait passer les menottes au déséquilibré après lui avoir lu ses droits :  .Vous pouvez garder le silence. Tout ce que vous direz, etc.

 

 

 

Mea-culpa

 

 

Moi aussi, je me suis trompé en me prenant un moment pour ce que je n’étais pas. En lançant le jeu qui fait l’objet de ces pages, je m’en suis institué juge unique, appelé seul à désigner le vainqueur et à lui remettre l’objet d’art, récompense bien méritée d’une grande perspicacité. Or, aujourd’hui, je constate que je ne possède ni les capacités techniques ni l’indépendance d’esprit nécessaires pour porter un jugement équitable.

 

Comment dire au voisin qui prétend que c’est en 2002 qu’il a démoli la cabane qui était au fond de son jardin, alors que je sais bien que c’est en 2003 qu’il m’a cassé les oreilles tout l’été en commençant à donner des coups de marteaux dans cette foutue bicoque dès 8 heures du matin. Et cela, alors qu’il vient gentiment d’aller à ma place chercher mes nouvelles poubelles de luxe au service technique municipal ?

 

 

 

 

 

Comment dire à mes charmantes voisines qu’elle ont dû rater en CE2 la plupart des cours sur le système solaire alors qu’elles  viennent parfois apporter un air de gaîté à ma triste nourriture issue généralement de la décongélation rapide par l’apport de délicieux produits de leur fabrication et dont je me régale : gelée de groseilles, tarte à la rhubarbe, clafoutis, soupe de légumes, kouglof, etc. ?

 

Comment, invité à participer à un barbecue familial du samedi soir, faire étalage, en toute mauvaise foi, d’une apparence de science acquise la veille sur Interne, alors qu’en l’absence du minimum de connaissances en mathématiques nécessaires je n’en ai retenu que peu de choses et même pas du tout en matière de sinus, cosinus et tangentes?

 

Ce qui fait que le gnomon ne peut servir, commodément au moins, à la détermination de l'heure, c'est que la variation incessante de la déclinaison du Soleil a pour effet de changer chaque jour la direction et la longueur de l'ombre du style sur le plan de l'horizon lorsque le Soleil traverse les mêmes plans horaires, c.-à-d. pour les mêmes intervalles de temps égaux avant ou après le passage au méridien aux différents jours de l'année. En effet, si z est la distance zénithale (Le repérage des astres) à un instant donné, AH l'angle horaire correspondant, A l'azimut de l'astre, D sa distance polaire, L la colatitude, la formule fondamentale (ci-dessous)  montre que pour des valeurs égales à AH, z varie si D varie :

             cos z = cos D. cos L  +  sin D . sin L. cos AH

Enfin, la formule suivante fait également voir que pour des valeurs égales de AH, A est différent si D n'est pas constant, comme il arrive au cours de l'année

            tg A = (sin D . sin AH) / (-sin L. cos D  +  cos L . sin D. cos AH)

                                                                             extrait de la page « gnomonique » de l’encyclopédie  Imago.mundi

 

 

Abus de situation

 

Il y a aussi qu’en même temps que de vouloir être juge, je me suis mis à vouloir jouer au patron et à me comporter comme les chefs des experts cathodiques, Horatio Cane à Miami, MacTaylor à Manhattan, Gil Grissomm à Vegas, Gibbs au NCIS, pour ne parler que des plus réputés : tous ces gens qui, dans la minute qui suit leur demande, exigent d’avoir sur leur bureau l’analyse de sang ou d’ADN, le relevé de téléphone, le numéro d’immatriculation de la voiture de celui dont on a découvert le pouce droit dans la poubelle du super-marché. Avec bien sûr, la composition détaillée de la confiture dont on a trouvé des restes sous l’ongle du doigt en question : pourcentages de fruits, sucre, colorant, conservateur, épaississant, édulcorant, nom du fournisseur, région de culture des fraises ou des abricots, engrais utilisé, marque du tracteur, etc.

 

 

 

 

 

               Gil Grissom Les experts

 

Et, me prenant au sérieux,quand je me suis permis de dire qu’il y en avait qui ne se cassaient pas trop la tête, je sens bien que je suis allé trop loin. Et certains ne me l’ont pas envoyé dire comme Elbobo del 5ème : « Elbobo del 5ème fait partie des Français qui se lèvent tôt... Il travaille Elbobo...Alors il faudra attendre encore un peu. » D’autres ont invoqué le départ en vacances avec la famille. Innocemment, j’avais cru que les 35 heures, les RTT, les 5 ou 6 semaines de congés, quelques ITT de temps en temps, toutes choses que les anciens comme moi n’ont pas connues, laissaient du temps libre pour des loisirs culturels comme celui proposé ici. Quelque chose m’a sans doute échappé.

 

Changement de règles

 

J’ai donc décidé d’abandonner cette position totalement illégitime de juge et arbitre et d’inverser les rôles : c’est moi qui vais faire une proposition de solution et ce sont les visiteurs qui vont juger si elle est acceptable ou non et si les arguments invoqués sont de nature à  emporter l’adhésion sans contestation possible. Quant au vase, on le jouera au poker ou au 421.

 

Voila donc ce à quoi j’ai abouti après quelques mois de réflexion et, il faut bien l’avouer, grâce aux indications données par certains de correspondants et aussi, il faut le dire, avec l’aide de l’amie Christiane qui, dans des conditions atmosphériques épouvantables a réussi à saisir les rares moments d’apparition du soleil en ce mois d’août 2007 pour observer sur place l’évolution des ombres des poteaux électriques et téléphoniques sur le sol, et à en fixer les images.

 

                                                        

 

 

                                                       

                                                                                            photos Christiane Courtier  - août 2007

 

 

 

Cette photo Google Earth

de Villemoisson-sur-Orge

a été prise

le 11 août 2002

aux environs de 9 heures 50

(heure légale)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous explique, c’est tout simple.

 

D’abord, l’examen des images Google nous donne plusieurs indices. On remarque que les ombres sont orientées ouest nord-ouest, le soleil étant à l’est sud-est.  La situation est donc matutinale. Le parking de la gare d’Epinay est totalement vide de voitures, ce qui laisse supposer un jour non ouvré. Le peu de véhicules sur le parking voisin du magasin Champion (pas encore Super-Champion) le confirme en nous orientant plutôt vers un dimanche ou un jour férié. Si on prolonge vers le Donjon de Sainte-Geneviève-des-Bois, là c’est le contraire, le parking du magasin Carrefour est très chargé, à cause du marché où la foule se presse autour des étalages des ambulants. Comme tous les dimanches.

 

Autour, la moisson est faite, les pelouses des jardins sont plus ou moins jaunies, il a peu de voitures sur les routes ou autoroutes. A Villemoisson on joue au tennis, mais pas à Epinay. Si on va jusqu’à Paris on voit Paris-Plages en activité. C’est le mois d’août.

 

Mais un doute s’installe car à Sainte-Geneviève-des-Bois du côté du cimetière les ombres des poteaux n’ont pas tout à fait la même orientation. La photo n’est donc pas la même. Si elle a été faite le même jour, c’est plus tard dans la matinée avec un soleil plus haut. C’est la même chose dans la partie sud de Villemoisson.  Je me renseigne, et sur le site de Google j’apprends qu’en fait ce qui nous est présenté est une mosaÏque de photographies. C’est fort bien fait mais parfois ça se remarque bien, comme du côté est de la gare de Sainte-Geneviève des-Bois où les couleurs sont plus sombres.

 

Elbobo del 5ème , qui pourtant déclare « bosser » nous signale qu’à Paris la pendule florale du Jardin d’acclimatation indique qu’il est 13 heures 30 et celle de l’Hôtel de ville de Versailles 12 heures 13.

 

                        

                                                                      la pendule florale de la mairie de Versailles vue par  Google Earth

 

La lecture des bulletins municipaux anciens et particulièrement des articles consacrés aux travaux, les témoignages des amis, celui du voisin à la cabane qui, vérification faite, s’est avéré exact, font dater la photo de 2002.  là encore, je mettais trompé.

 

Dans ma rue, les rares voitures, à une exception près, sont garées du côté impair, ce qui nous dit que nous sommes dans la première quinzaine d’un mois. D’où une conclusion provisoire : deux dates sont possibles : les 4 et 11 août 2002 : les deux dimanches de la première quinzaine du mois d’août de cette année-là. Restait à trouver l’heure et à confirmer ce qui ne se présentait alors que comme une simple supposition. Et c’est là que la science intervint.

 

                                                                              et vous verrez comment  ici >>>>>

 

 

                                                             retour à la première page concours ici >>>>>

 

édition du 27août 2007