le pain, le vin, les sous

 

 

 

 

 

La vie d’artiste au Siècle des Lumières n’était pas faite que de sonates, symphonies, trilles, pizzicati, cadences et sons harmoniques, petites danseuses et grandes beuveries. Les archives évoquent aussi les problèmes matériels quotidiens. Cette page y est consacrée.

 

 

 

 

 

plan de la page

 

*       les sous

*       les avantages en nature : pain, vin et  viande

*       la richesse virtuelle et statistique

*       les pauvres

*       la cherté des vivres

*       francs, livres, louis, écus

*       livres, sols, deniers

*       papier-monnoye

*       sources et ressources

 

On lira la page, soit dans l’ordre, soit en cliquant sur chacun des boutons, soit tranquillement après l’avoir enregistrée.

 

 

les sous

 

Le visiteur attentif se souviendra sans doute du petit poème du violoniste Travenol, le bouillant collègue des Labbé à l’Opéra :

 

Si j’avois un honnête et convenable emploi

Qui me valût par an seulement 1800 livres,

Je ne souffrirois pas de la cherté des vivres

Et je serois sans doute aussi content qu’un roi.

 

Ces vers sont rappelés ici pour servir d’introduction à une page consacrée à la vie matérielle de ces artistes qui formaient l’élite musicale française au Siècle des Lumières.

 

Le plus souvent d’origine modeste, ils n’avaient pas de fortune personnelle, mais une femme et des enfants à nourrir. Pour Travenol c’était pire. A l’époque où il revendiquait, il venait d’être mis à la retraite de l’Opéra avec une pension de 350 livres par an. C’était loin des 1800 livres souhaitées. Mais il en avait l’habitude. Toute sa vie il avait eu des soucis financiers, affligé qu’il était d’une santé déficiente et de la charge de ses parents et d’une sœur, tous infirmes.

Avant de quitter l’Opéra il avait atteint un montant d’appointements de 700 livres. Il se produisait aussi au Concert Spirituel ce qui devait lui rapporter un peu d’argent et pour compléter ses revenus il composait des pièces de théâtre et il avait participé à l’écriture d’une histoire de l’Opéra.

 

Il n’est pas très facile de savoir ce que gagnait exactement un musicien car tous les documents comptables n’ont pas été conservés et il est possible qu’ils se faisaient quelques compléments par la vente de leurs œuvres, en se produisant chez leurs protecteurs ou en donnant des cours de musique. Le talent, un caractère ambitieux ou intrigant, un héritage, un riche mariage pouvaient changer la face des choses. Comme dans l’autre sens, le manque de sérieux, une vie dissolue, de mauvais placements ou la maladie. La Laurencie dans son livre sur l’école française de violon, à partir de la quarantaine de portraits qu’il dresse, nous donne des exemples de tous ces cas de figure et de cette diversité humaine qui est la raison de vivre des moteurs de recherche sur l’internet.

 

                                                                           retour au plan de la page

 

 

les avantages en nature : pain, vin et viande

 

Malgré les imprécisions dont on vient de parler on peut affirmer que l’ambition de Travenol apparaît comme tout à fait réaliste. Pierre Saint-Sevin dit L’Abbé l’aîné, entre les vingt-quatre violons et l’Opéra, atteignait d’ailleurs le montant de revenus rêvé par le poète et devait même le dépasser un peu.

 

Avec 1800 livres par an il avait sans doute le moyen de faire vivre correctement à Paris sa petite famille, sa femme et sa fille, d’y avoir un logement décent pas très loin du Palais Royal et des Tuileries et de faire la fête à chaque fois que la religion l’y invitait. Il y était d’ailleurs aidé parce qu’à ces occasions, et comme tous les musiciens du Roi, des petits cadeaux venaient améliorer l’ordinaire. Comme ces distributions de pain, vin et viande qui avaient lieu à chacune des quatre fêtes annuelles de Pâques, Pentecôte, Toussaint et Noël, au premier Jour de l'an et de mai, à la Saint Louis et à la Saint-Martin, ainsi qu'à chaque fois que le Roi rendait le pain bénit.

 

Les archives (Etat des grandes livrées de la Maison du Roi) ont conservé la trace du prix que ces générosités coûtaient aux finances royales comme en témoigne ces extraits des listes pour 1732.

 

 

Etat du pain, vin et viande qui se distribuent à chacune des 4 festes annuelles de Pâques, Pentecôte, Toussaints et Noël

 

Pour chaque feste.

 

         Aux chantres de la Chapelle du Roy

4 douzaines de pains                                                                                          4.      .  .

4ers de vin de table                                                                                             38. 15. 9.

48 L. de veau                                                                                                     24.      .  .

40 L. de mouton                                                                                                 20.      .  .

8 chapons                                                                                                          20.      .  .

8 gibiers                                                                                                             20.      .  .

4 cocqs dinde                                                                                                    20   .   .  .

12 L. de lard                                                                                                       12   .   .  .

                                                                                                                         158. 15. 9.

 

        Trompettes de la Chambre

10 pains                                                                                                               0. 16. 8.

2ers de vin de table                                                                                             19.  7. 10

32 L. de veau                                                                                                     16.      .  .

2 L. de lard                                                                                                           2.      .  .

                                                                                                                           38.   4. 6.

 

        6 Cornemuses ou trompettes marine

1 douzaine de pains                                                                                           1.       .  .

1er 2 quartes de vin de table                                                                             14. 10. 10

12 L. de veau                                                                                                      6.       .  .

20 L. de mouton                                                                                                10    .   .  .

3 L. de lard                                                                                                          3    .   .  .

                                                                                                                          34. 10. 10

 

        Hautbois

2 douzaines de pains                                                                                          2.      .  .

2ers de vin de table                                                                                             19. 7. 10.

8 L. de veau                                                                                                         4.      .  .

1 cocq d'Inde                                                                                                       5.      .  .

1 lapin                                                                                                                  2.  10.  .

1 chapon                                                                                                              2.  10.  .

3 L. de lard                                                                                                           3.      .  .

                                                                                                                           38.  7. 10

       Musettes.

6 pains                                                                                                                0. 10.    .

1er de vin de table                                                                                               9. 13. 11

1 poulle d'Inde                                                                                                     5.       .  .

5 gibiers                                                                                                             12. 10.   .

3 L. de lard                                                                                                          3.       .  .

                                                                                                                          30. 13. 11

 

      Aux 24 violons

4 douzaines de pains                                                                                          4.      .  .

4ers de vin de table                                                                                             38. 15. 9.

12 L. de veau                                                                                                       6.      .  .

10 L de mouton                                                                                                    5.      .  .

4 chapons                                                                                                          10.      .  .

4 gibiers                                                                                                             10.      .  .

5 L. de lard                                                                                                           5.      .  .

                                                                                                                           78. 15. 9.

 

     Tambours et fifres de la Chambre

8 pains                                                                                                                 0. 13. 4.

2ers de vin de table                                                                                             19. 7. 10.

16 L. de veau et de mouton                                                                                  8  .   .  .

4 gibiers                                                                                                              10.     .  .

2 L. de lard                                                                                                            2.     .  .

                                                                                                                            40.  1. 2.

 

     Tambours et fifres suisses

8 pains                                                                                                               0.  13.  4.

2 quartes de vin de commun                                                                             1. 17. 10.

16 L. de veau et de mouton                                                                               8.       .  ..

                                                                                                                          10. 11.  2.

 

L’état qui concerne le jour de l’an et le premier mai est  à peu près identique à celui des quatre grandes fêtes sauf que les chantres de la Chapelle n’y figurent pas.

 

Menu du pain et vin qui se distribuent à chacune des festes de St Louis et St Martin

                                                                                                             Pain               Vin

                                                                                                                                    de

                                                                                                                                   table

 

Tambours de la Chambre                                                                   4                    29tes

Trompettes de la Chambre                                                                 4                    29tes

Fifres et tambours suisses                                                                  2                    19tes

24 violons                                                                                             24                  3ers

 

 

 

 

Menu de ce que l'on donne lorsque le Roy rend le pain bény

 

Aux tambours et fifres de la Chambre                                                                  8 pains

Trompettes de la Chambre                                                                                  8 pains

Tambours et fifres suisses                                                                                   4 pains

 

 

 

On remarque d’abord l’égalité qui règne à peu près en matière de pain : aux grandes fêtes, deux pains à chacun quel que soit le grade. Si l’on suppose que chacun de ces pains pesait une livre (la livre-poids parisienne de l’époque qui faisait dans les 490 grammes d’aujourd’hui), c’est près d’un kilo de pain que chacun recevait. Pas une demi-baguette. Plus qu’un symbole. Ceux qui ont étudié de près la question nous disent que l’ouvrier en consommait près de 1200 grammes par jour, la femme 750 grammes et l’enfant de dix ans presque 500 grammes.

 

Si la quantité de pain étonne aujourd’hui, celle du vin distribué apparaît comme tout à fait raisonnable. Si on se munit d’un dictionnaire on apprend que dans un setier il y avait 8 pintes et que la pinte équivalait à 93 % d’un litre actuel. On calcule d’abord que dans un setier il y avait environ 7 litres et demi. A un fond de verre près. Puis que les 24 violons du Roi avaient à se partager à chacune des six grandes fêtes 30 de nos litres (4 setiers) Enfin qu’à chacun, dont Pierre L’Abbé, revenait 1 litre et un quart de vin de table. Ce qui, partagé avec la famille, ne risquait en aucune façon de conduire à l’alcoolisme. C’est à près la même chose pour les autres catégories.

 

Pour le reste on peut s'interroger, s'amuser ou même s'offusquer à propos de la différence de traitement entre les chantres qui bénéficiaient d'un peu de tout et surtout des meilleurs morceaux (gibiers, chapons, coqs dinde et vin de table) alors que les tambours et fifres suisses n'avaient que vin de commun, veau et mouton. Mais il ne faut peut-être pas voir là une des causes de la Révolution. La discrimination hiérarchique est une première explication avec le dessus du panier pour la Chapelle, le milieu pour la Chambre, le fond pour la Garde Suisse. Mais des nuances apparaissent. Qui conduisent à penser que le contenu du panier n’était peut-être pas déterminé de façon autoritaire mais après consultation des intéressés.

 

Mais, dans tous les cas on peut se figurer Pierre L’Abbé comme tous ses collègues, artistes virtuoses, l’élite de la musique françoise, fiers en rentrant à la maison, d’étaler sur la table les cadeaux du Roi, tous ces produits de luxe accompagnés du meilleur pain blanc, fabriqué sans nul doute par le meilleur boulanger versaillais ou parisien, fournisseur ordinaire de S.M.. On l’imagine aussi faisant la fête avec sa femme et sa fille en revenant des Tuileries où, avec  Leclair, Blavet et la Demoiselle Petitpas il venait de participer au concert spirituel du jour.

 

Les prix indiqués sur les états étonnent aujourd’hui, lorsqu’on voit le lapin, le gibier, le chapon, le coq dinde tous au même prix unitaire : deux livres et demie. Seule la poule dinde attribuée aux musettes échappe à la règle du  prix unique à 5 livres tournois pièce. Mais il ne faut pas trop vite en tirer des conclusions. La similitude cache peut-être un tarif de gros consenti par le marchand. Louis Sébastien Mercier dans son Tableau de Paris écrit peu avant la Révolution, nous laisse supposer que c’était la cour royale qui commandait par une demande plus ou moins forte les cours de la volaille aux halles de Paris.

 

 

« Il faut voir, la veille de la Saint Martin, des rois et du mardi-gras, toutes les demi-bourgeoises venir en personne marchander, acheter une oie, un dindon, une vieille poule qu' on appelle poularde. On rentre au logis la tête haute et la provision à la main ; on plume la bête devant sa porte, afin d'annoncer à tout le voisinage que le lendemain on ne mangera ni du bœuf à la mode, ni une éclanche*; et l’orgueil est satisfait plus encore que l'appétit.

 

On ne mange la volaille à bon marché que quand le roi est à Fontainebleau. Les pourvoyeurs ne tirent plus de Paris ; les grands consommateurs sont à la cour, et le peuple alors a plus de facilité pour atteindre au prix d'un poulet. »

         Queverdo La Vallée, marché à la volaille

                                                                                                                        * gigot de mouton

 

                                                                                                 retour au plan de la page

 

 

la richesse réelle, virtuelle et statistique

 

                

 

                       Mazarin par Pierre-Louis Bouchart                                                           Bill Gates

                       (Bibliothèque Mazarine)

 

En 1661 le Cardinal Mazarin, en décédant laissait à ses héritiers une fortune de 37 milliards de livres. Cette fortune le plaçait alors au top du hit des fortunes françaises.

 

Monsieur Emmanuel Le Roy Ladurie, professeur au Collège de France, dans un article du Nouvel Observateur d’août 2001 intitulé « Quand Paris était capitale du monde »,  en commentant cette situation, répond à Monsieur Laurent Joffrin qui l’interroge ::

 

« Comme on évalue grossièrement la livre entre 50 et 100 francs d’aujourd’hui, on peut penser que le cardinal avait un patrimoine de 2 à 3 milliards de francs actuels. C’est l’équivalent de ce que possède un très gros capitaliste français de notre siècle, dans un pays dont le niveau de vie était évidemment très inférieur. »

 

Nous voilà d’une certaine façon rassurés. Non seulement la notoriété du personnage est toujours aussi grande et l’évocation de son nom sur le web suscite toujours plusieurs dizaines de milliers de réponses mais, de plus, on est satisfait de savoir que virtuellement il figure toujours  parmi les grandes fortunes françaises. En hésitant toutefois entre la dix-septième (3 milliards de francs) et la trente-deuxième (2 milliards) Détail technique.

 

Détail technique que doivent pourtant avoir du mal à admettre les mannes du cardinal en se demandant quel raisonnement intellectuel ou quelle savante opération arithmétique peut ramener celui qui était le meilleur de son époque jusqu’aux profondeurs du  top 30 français actuel ou même du top 50. Comme à imaginer qu’un bonhomme aussi retors et avisé que Mazarin ait pu, même virtuellement, se faire avoir de cette façon sans réagir et qu’un aussi fin politicien toujours bien informé ait pu de ne pas prendre en route au bon moment le wagon de l’Amérique comme celui des nouvelles technologies pour se retrouver plus proche de Bill Gates que d’un fabricant de tricots de corps ou de pilules amaigrissantes.

 

L’article cité évoque également la situation financière des fermiers généraux du XVIIIè siècle :

 

« Les fermiers généraux sont riches, sans plus. Ils font rentrer les impôts, mais on leur permet, comme vous le savez, de faire des bénéfices sur cette collecte. Un fermier général du XVIIIè siècle possède environ 3 millions de livres (de 150 à 300 millions de francs)» Le plus remarquable s’appelle Lavoisier»

 

Notons au passage que l’auteur de l’Essai sur la musique ancienne et moderne  dont il est souvent question dans ces pages, Jean-Benjamin de Laborde, a lui aussi été fermier général après avoir été valet de chambre du roi et tout en composant de nombreuses chansons, parodies tragédies, comédies, opéras, ballets et pastorales. Ce qui ne l’a a pas empêché d’être condamné à mort et guillotiné en 1794 en même temps et 26 autres fermiers généraux (dont Lavoisier), pour virtuellement se retrouver vers la cinq centième place du hit virtuel des fortunes françaises.

 

 

                                                                        retour au plan de la page

 

les pauvres

 

La situation des ouvriers est également évoquée par l’article précité qui nous dit qu’à l’opposé de ces fortunes « l’ouvrier non qualifié gagne environ 10 sous par jour, un ouvrier qualifié ou un artisan de 20 à 30 sous»

 

Dix sols, ça fait 120 deniers, la moitié d’une livre tournois qui en comporte 240.

Que pouvait-on se payer avec la moitié d’une livre, salaire journalier de l’ouvrier non qualifié ?

 

Chez le fournisseur de Sa Majesté en 1732 la réponse est simple :

       6 pains (la douzaine vaut 1 livre, la pièce 20 deniers)

  ou une demi-livre de lard (2 livres-poids valent 2 livres tournois)

  ou une livre de viande, mouton ou veau

  ou un litre de vin « de commun »

 

Evidemment, le pain donné aux musiciens devait être du pain blanc, qui à l’époque était le plus cher, et la viande comme le vin, même de commun, devaient être de la meilleure qualité. Trouver moins cher, en se contentant de pain bis, était probablement facile. Cependant malgré l’imprécision des données du problème, on se rend bien compte que l’ouvrier (minoritaire dans un pays à 80% paysan) devait être souvent en situation de survie et que bien des plaisirs devaient lui être à jamais interdits. D’autre part, avec un salaire fixe il n’était pas armé pour faire face aux énormes variations de prix des produits alimentaires liées à l’importance des récoltes, elles-mêmes dépendantes des conditions climatiques.

 

En particulier, le prix du pain, élément essentiel de la nourriture, variait énormément. Des historiens, comme P. Goubert, ont noté des prix allant pour le pain bis de 5 deniers jusqu’à 34 deniers dans le Nord de la France entre 1649 et 1710.

 

A ce dernier prix et avec 120 deniers par jour, notre ouvrier non qualifié devait se contenter de 3 pains et demi. Pour seule alimentation. Pour peu qu’il eût une femme et deux enfants et qu’une crise économique fît suite à la crise de subsistances, la misère était là. Impitoyable.

 

 

                                                                            retour au plan de la page

 

la cherté des vivres

 

Entre le bas de l’échelle sociale, toujours proche de la misère, et le haut, insensible à toutes les tempêtes même intellectuelles (les pires), se situe Travenol avec son double souci de faire face à la cherté des vivres et de trouver en même temps un bonheur dont il fixe le prix à 1800 livres par an, 150 livres par mois.

 

Si tenter de donner une valeur monétaire d’aujourd’hui à l’expression « heureux comme un roi » ne peut relever de la science, il n’en est peut-être pas de même quant à l’autre ambition de Travenol. « faire face à la cherté des vivres »

 

Ou peut pour cela utiliser la formule des historiens, la multiplication par 50 ou 100 des livres tournois du 18è siècle pour en faire des francs de 2001 ; et ainsi faire des 150 livres mensuelles du violoniste un chiffre compris 7.500 francs et 15.000 francs de 2001.

 

Pourtant, on imagine mal Travenol, au paradis des rouspéteurs, se satisfaisant en silence d’une telle approximation en se demandant si son budget lui permet de rouler virtuellement dans une voiture climatisée ou non, s’il va devoir se loger dans un H.L.M en banlieue sud ou un trois pièces-cuisine du quartier Saint-Louis de Versailles (ex-Parc-aux-Cerfs, jadis lieu des fredaines de son bien-aimé Roi) et s’il va passer ses vacances dans la maison de son oncle sur le plateau de Millevaches ou dans un village pieds-dans-l’eau du Club Méditerranée en Tunisie. Et surtout s’il va pouvoir donner à ses pauvres parents et à sa sœur une vie décente. Dans un monde sans sécurité sociale, ni mutuelle, ni APA Allocation personnalisée d’autonomie), ni AAH, ni ACTP, ni etc.

 

Le chercheur amateur non éclairé est d’autant moins attiré par la formule des 50/100 francs pour une livre qu’après avoir constaté, comme il a déjà été dit, une grande incertitude sur les revenus, il a noté aussi une grande variation de ces revenus entre le début du siècle et sa fin. En 1713, le violoniste, Bernard Quentin gagnait 400 livres au Grand Chœur de l’Opéra. 600 livres était le salaire courant d’un tel instrumentiste au milieu du siècle. Quant à Marie-Alexandre Guénin, premier violon en 1790 il gagnait 2000 livres l’an.

 

Une application irraisonnée de la formule à ces chiffres pourrait donner : «  Au XVIIIè siècle, un violoniste gagnait par an à l’Opéra entre 20.000 de nos francs de 2001 (le minimum 400x50) et 200.000 (le maximum 2000 x 100) Soit une fourchette mensuelle de 1.666 F à 16.666 F. » Fourchette aux dents trop éloignées pour servir à appréhender quoique ce soit. D’autant plus que, prévue pour des francs (nouveaux), ce sont dorénavant des euros qu’elle va avoir à saisir.

 

Ce qui fait que la formule magique nous semble toujours à trouver : cet « abracadabra » qui nous ferait voyager instantanément d’un siècle à l’autre, d’une musique à l’autre, des musiciens poudrés et portant perruques de Drouais à ceux masqués et chapeautés de Picasso. Et vice-versa. Mais peut-être possédons-nous déjà la clé sans savoir nous en servir ?

 

 

    

                Drouais – La famille de Sourches 1750                                            Picasso – Les Musiciens    1921

                         Musée de Versailles                                                                   Philadelphie Museum of art

 

 

                                                                            retour au plan de la page

 

francs, livres, louis, écus

 

 

Alors que ces jours derniers le franc vient de disparaître du commerce remplacé par l’euro, un peu partout on nous raconte sa vie, mais souvent de façon très simplifiée en passant rapidement du payement en 1360 de la rançon de Jean Le Bon au mal que nous avons eu, nous les petits vieux, à nous adapter au nouveau franc.

 

La réalité est beaucoup plus complexe et, s’il n’est pas question de la raconter en détail, on peut toujours renvoyer le visiteur intéressé aux sites des numismates souvent bien faits et joliment illustrés ainsi qu’à celui de la BNF qui vient de réaliser un dossier pédagogique sur le sujet.

 

Contentons-nous ici d’évoquer la situation au dix-huitième siècle qui n’était pas simple car il y avait une monnaie pour les comptes et une autre pour les paiements. On comptait en livres, sols et deniers. Dans une livre il y avait 20 sols et dans un sol 12 deniers. Mais il n’y avait pas de pièces qui correspondaient à ces valeurs et les paiements se faisaient en louis d’or, écus d’argent et autres petites pièces de bronze.

 

Tandis que d’autres continuaient à parler et à écrire à la fois en francs, livres et écus. Molière par exemple aimait bien se livrer à se genre d’exercice. Dans L’Avare (acte II, scène première) on trouve par exemple cette jolie phrase qui a certainement fait le bonheur de nombreuses générations de professeurs de littérature et continuera encore longtemps à les combler d’extase, en les astreignant à se substituer un moment au collègue chargé de l’arithmétique :

 

« Des quinze mille francs qu’on demande, le prêteur ne pourra compter en argent que douze mille livres, et pour les mille écus restants, il faudra que l’emprunteur prenne les hardes, nippes et bijoux dont s’ensuit le mémoire …. »

 

                     On prend son papier et son crayon et l’on pose l’équation à résoudre :

                     15.000 Francs – 12000 livres tournois  = 1 000 écus

                     Mais, comme on sait que : 1 F  =   1 lt

                     On peut écrire que :  3000 F = 3000 lt  = 1000 écus

                     Pour conclure par  3 lt = 1 écu.

 

Pour l’oublier tout de suite. Pas plus à « Questions pour un champion » qu’à « Qui  veut gagner des millions ? » personne ne vous le demandera. Parce que ce qui était vrai quand Molière a écrit L’Avare ne l’était plus quelque temps après. Ça changeait tout le temps.

 

En effet, les cours des monnaies étaient fort variables. Entre 1689 et 1715 les spécialistes ont compté 43 changements. Mais, à partir de 1726, et par chance, car c’est la période qui nous intéresse le plus ici, les chiffres ont été stabilisés à 24 livres pour le louis et 6 livres pour l’écu. Ainsi, quand Joseph-Barnabé a subtilisé à son père ses 12 louis d’économies cela représentait 288 livres alors qu’il en gagnait 50 par mois à l’Opéra ! On commence à comprendre sa colère.

 

                               L’arrivée d’une diligence à Paris – Boilly (1803)  - Louvre -

 

On se dit aussi, quand on constate que ce « fils dénaturé » a versé 80 livres d’arrhes (un mois et demi du salaire de son papa à l’Opéra) sur son voyage à Bordeaux, que les transports étaient alors d’un prix exorbitant. Aujourd’hui, en février 2002, un adulte va à Bordeaux pour 56 euros (368 francs), huit heures et demie de SMIC !

 

Mais, là encore, c’est comparer l’incomparable. L’Almanach Royal de 1741 nous dit que le carrosse de Bordeaux à destination de Paris, via Blaye, le Petit Niort, Xaintes, Varaize, Villedieu, etc., partait le mardi à 10 heures du matin et arrivait à destination le vendredi en été et le samedi ou le dimanche en hiver. Le temps de voir les paysages, de goûter aux spécialités régionales, de faire des rencontres, d’avoir froid, faim, soif, mal aux fesses, et peut-être peur en traversant les forêts. L’impression de vivre une aventure. Un vrai voyage. Aujourd’hui, en TGV, sauf retard, le déplacement de fait en trois heures. Le temps de rien. Rien voir, rien entendre, rien regarder. Rien vivre.

 

                                                                             retour au plan de la page

 

 

livres, sols, deniers

 

 

                 

 

   Tu me payeras mon habit, salope !                                                   Pour aider bébé à devenir autonome, ce pot doté

   Les embarras de Paris –BNF                                                            d’un dérouleur de papier hygiénique à l’arrière. En

                                                                                                             plastique, il prend très peu de place et se nettoie

                                                                                                             en quelques secondes. Baby Bug 16 €  env.

                                                                                                             Publicité Télé Z

 

Une autre complication, toujours vécue avec sérénité par nos voisins britanniques, était que dans la livre tournois il y avait 20 sols et dans le sol 12 deniers.

 

Reprenons les comptes de la Maison du Roi et relevons par exemple que les 6 pots de chambre destinés aux actrices, chanteuses et danseuses avaient coûté ensemble aux finances royales la somme de lt 3. 3. 6 , c’est à dire 3 livres, 3 sols et 6 deniers et calculons le prix unitaire de chacun de ces objets. C’est tout simple et n’importe quel écolier anglais dès l’âge de 8 ans vous dira après quelques secondes de réflexion que le résultat est de 0. 10. 7 , soit  10 sols et 7 deniers (pour John-Edouard 10 shillings, 7 pence)

 

Calculons de tête avec lui. La division de 3 livres par 6 nous donne la moitié d’une livre soit 10 sols. La division de 3 sols par 6 a par résultat la moitié d’un sol soit 6 deniers. La division de 6 deniers par 6 , 1 denier termine le calcul. En additionnant 10 sols + 6 deniers + 1 denier on obtient bien 10 sols et 7 deniers, soit  lt 0. 10. 7 ou 127 deniers.

 

Le calcul n’est là que pour le plaisir intellectuel. Il ne nous apprend pas grand-chose, l’objet  d’hier n’ayant pas beaucoup de rapport avec celui d’aujourd’hui. Au Siècle des Lumières, on trouvait sans doute plus d’un pot de chambre dans toutes les maisons de Paris, même les moins bien tenues. Sous la forme qu’il avait alors, on ne le vend plus qu’au rayon des farces et attrapes pour servir de cadeau de noces. Hier en terre cuite, celui d’aujourd’hui, destiné à l’apprentissage du « maman, papa, pipi, caca, popo » est en matière synthétique et sa forme a été dessinée en soufflerie par des ingénieurs en aérodynamique assistés probablement de pédo-psychologues. On ne l’emploie plus guère comme arme dissuasive contre les huissiers et les officiers du guet.

 

Ni comme les voisines de Travenol, les demoiselles Poistry qui demeuraient au deuxième étage de la maison qu’il habitait rue de Grenelle. C’est La Laurencie qui raconte l’histoire dans son Ecole de Violon  Pour nous dire qu’un jour de 1768, le musicien, se rendant à la campagne, à Saint-Mandé, chez le Duc de Bérulle, pour un concert reçut une « potée d’urine » lancée de la fenêtre de la chambre des demoiselles Poistry, envoi malodorant qui devait endommager gravement son habit de drap marron tout neuf ainsi que sa veste de droguet de soi. De plus, sa perruque complètement tâchée n’était plus en état de servir. Et le musicien, dans sa plainte, demandait réparation pour le préjudice considérable subi et surtout le cachet perdu qu’il attendait du comte de Bérulle. Ce qui, incidemment, nous ramène au point de départ de départ de cette page : l’incontournable question d’argent.

 

Notons au passage et sans rentrer dans les détails que le passage de la livre au franc ne s’est pas fait tout seul et simplement. Signalons seulement que c'est en deux temps que la Révolution a mis fin à la livre tournois. D'abord, une première loi du 17 frimaire an II (17 décembre 1793) a décimalisé la livre en remplaçant les sols et deniers par des centimes. Ensuite, c'est par la loi du 18 germinal an III (7 avril 1795) que la livre a pris le nom de franc, le fameux franc "Germinal".

 

                                                                            retour au plan de la page

 

 

papier-monnoye

 

Les archives royales concernant la musique nous rappellent aussi indirectement que la fin du règne de Louis XIV a été marquée par de nombreuses guerres ruineuses pour les finances publiques. Et que, pour faire face aux dépenses,  déjà, avant Law, le Trésor Royal avait utilisé le paiement en papier monnaie à la place des espèces. En principe trois quarts du montant

total étaient réglés en espèces et le quart restant en billets de monnoye et on croyait cette façon de faire réservée aux règlements des fournitures destinées à l’armée. Mais, le document qui suit nous montre qu’il a été aussi appliqué - ou tout au moins tenté d’appliquer - aux appointements des personnels.

 

 

Maison du Roi, Papiers du Grand Ecuyer, 1707

 

« le 17 août

 

Les six joueurs de musettes et les 12 grands hautbois des Escuries du Roy suplient Monseigneur d’ordonner au Sieur Boula de les payer incessament de leurs gages en argent comptant, au lieu des billets de monnaye qu’il leur offre, n’ayant pour chaque musette que 300lt et pour chaque hautbois 180 lt. »

 

 

 

 

    Billet de monnoye du Prévot des Marchands, daté de 1707

   Document Banque de France

 

En face du document, dans la marge on lit la mention « fait », ce qui laisse supposer que les musiciens ont eu gain de cause.

 

                                                                       retour au plan de la page

 

 

sources et ressources

 

Comme toujours, lorsqu’il s’agit des musiciens du roi, il faut citer Marcelle Benoit et ses Musiques de Cour 1661-1773 aux Editions A et J Picard.

 

Sur Internet, pour tout ce qui concerne la monnaie, on trouve des tas de choses intéressantes sur les sites de numismatique comme celui de numisnord, mais ce n’est qu’un exemple. On peut aussi consulter le dossier pédagogique sur le franc de la B.N. F ( bnf.fr )

 

A partir de ce même site de la B.N.F on peut enregistrer en version « texte », donc très rapidement, les premiers tomes du Tableau de Paris de Louis Sébastien Mercier. Un petit livre de la collection « Paris musées » signé par Elisabeth Bourguinat et édité à l’occasion de l’exposition « Les rues de Paris au XVIIIe siècle. Le regard de Louis Sébastien Mercier »  qui a eu lieu au Musée Carnavalet en 1999, illustre parfaitement le Tableau.

 

                                                                                                    retour en haut de page

                retour à la page d’ouverture                                      retour aux autres à-côtés