CHAPITRE V

 

       PRENDRE

            LA FUITE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La marche continua. Vlak n'avait aucune peur des monstres qui l'attendaient. Saria, quant à elle, tremblait comme une feuille. Après six minutes de marche, des yeux rouges jaillirent du buisson. Vlak dit à Saria :

- Arrêtons-nous.

- Pourquoi ?

- Parce qu'il y a des monstres.

- Des monstres ? Alors il faut prendre la fuite !

- Non ! Je veux les attaquer !

- Mais eux aussi, ils peuvent nous attaquer !

Pendant la dispute, des monstres s'approchèrent. Ils étaient grands et minces et avaient des rapières.

- Ah ! Des monstres ! cria Saria.

- Bon, d'accord, répondit Vlak. Nunuche !

Et ils prirent la fuite. Mais les monstres les suivirent.

- Tu vois, Saria ! dit Vlak. Ils nous suivent. Je dois les attaquer !

- Vas-y, le "fils de la Lumière"...

Mais les monstres y allaient fort. Vlak ne se défendait pas bien. Les monstres attaquaient Vlak. Il y avait sept monstres sur Vlak. Vlak était attaqué de tous les côtés et Vlak  lâcha son sabre et tous les monstres se ruèrent vers le sabre.

- Mon sabre ! cria Vlak

- Viens ! dit Saria

- Mais... Mon sabre !

- Tu tiens à la vie ?

Vlak rejoignit Saria et ils se cachèrent dans la forêt. Là, une voix leur dit :

- Hè, vous !

- Qui a parlé ?

- Quelqu'un qui veut vous aider....

 

 

 

 

CHAPITRE VI

NANUBO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une petite chose sortit du buisson. Elle était haute comme trois pommes. Son corps et ses bras étaient des racines. Sa grosse tête avait deux gros yeux. Une feuille dominait sa tête et un petit tube figurait entre ses deux yeux. Elle dit à Vlak et à Saria :

- Je suis Nanubo.

- Enchanté, dit Vlak. Je m'appelle Vlak.

- Et moi, c'est Saria, dit Saria.

- Tu as perdu ton sabre ? demanda Nanubo à Vlak.

- Oui, répondit Vlak. C'est l'ennemi qui l'a.

- Je vais vous défendre ! déclara Nanubo.

- Comment ? demandèrent Vlak et Saria.

Nanubo éjecta de son long tube une graine et la catapulta dans le vide. Puis, il dit :

- Ces graines sont très dures. Je défendrai avec.

- Et après, je reprendrai mon sabre ! conclut Vlak.

Ils partirent dans la forêt. Des hordes de monstres apparurent. Ils poussaient des cris énormes et l'un dit :

- Ce sont eux ! Ils sont encore en vie !

- Ils n'ont plus d'arme ! Ca va être facile !

- Facile ? répondit Nanubo.

Il lança plein de graines sur les monstres. Tous firent "Aïe ! Ouille ! Non !". Mais l'un d'eux ne cria ni "Aïe", ni "Ouille", ni "Non", mais "Appelez des renforts !". Et plein de monstres apparurent  et encerclèrent Vlak, Saria et Nanubo. Les monstres ouvrirent grand leurs gueules et firent "Grr...". Et Vlak dit : "Je ne voudrais pas faire mon air de faible, mais là je crois qu'on est très mal barrés..."

Les deux humains et Nanubo restaient figés tant que les monstres continuaient de faire "Grr...". Et Saria dit à Nanubo, paniquée :

- Lance une graine, vite !

Nanubo hocha la tête et s'apprêta à envoyer une graine de son tube mais rien, pas même un son, n'en sortit.

- Que se passe-t-il ? dirent Vlak et Saria en s'affolant.

- Je n'ai plus de graines ! répondit Nanubo.

- Quoi ??!!

- Nous devons aller en chercher !

Vlak passa de l'affolement à l'énervement. Il serra ses poings très fort et hurla :

- Et bien, moi, j'irai de mes propres poings !

- Non, Vlak ! dit Saria

Trop tard. Vlak fonça dans le tas et les monstres attaquèrent. Soudain, un monstre donna un coup de rapière au bras gauche de Vlak. Ce dernier regarda le sang couler sur son bras et cria un terrible "Ah !".

- Vlak ! cria Saria.

Les monstres s'approchèrent pour décapiter Vlak et Saria. Mais, au dernier moment, tous les monstres tombèrent et s'enfuirent de peur. Et c'était Nanubo ! Il était allé chercher des graines. Vlak reprit son sabre.

 

Plus tard.

 

Vlak et Saria remercièrent Nanubo et reprirent la route. Et, croyez-moi, ce qu'a vécu Nanubo, il n'est pas prêt de l'oublier !

 

 

                                                                                             à suivre ici >>>>